lundi 29 décembre 2014

Dilemne du jour : Avoir du style ou avoir froid


Désolé Cristina, mais en hiver il y a des jours où mon style reste au placard! Brrrrr!

Keep cool!

Retrouvez mon nouveau blog QueenMama.fr

lundi 1 septembre 2014

Défi du jour: Réaliser mon rêve le plus fou.




Je vous entends d'ici mes chers lecteurs : "Pourquoi elle choisirait un vœu aussi nul? Pfff! N'importe quoi la Queen Mama!!!

Si vous saviez... 

Permettez moi de vous faire un bref résumé de mes 7 dernières années de sommeil en quelques chiffres: 

2 : C'est le nombre de loulous que j'ai mis au monde.

32: C'est mon âge officiel

42 : C'est l'âge que l'on me donne  au bout de 8 nuits blanches d'affilée

2737 : C'est le nombre de mes réveils matinaux ; c'est à dire situés entre 4H30 et 6H30 du matin

30 : C'est le nombre de minutes en moins que mes chers et tendres loulous  dorment  le week-end, les vacances et les jours fériés! Why?!!! C'est un des grand mystère de la vie.

90 : C'est le nombre de "grasses matinées"  c'est à dire les réveils  entre 6H31 et 8 heures du matin que j'ai eu la chance de faire.

1789 : C'est le nombre de réveils nocturnes pour raisons diverses et variées : Allaitement, couche à changer, vomi, fièvre, trop chaud, trop froid, cauchemars, orages, soifs, bruits dans le placard...(Cette liste pourrait s’entendre à l'infini croyez moi!)

1687 :  C'est le nombre de mes nuits blanches suite aux réveils nocturnes ! Bah oui! Moi une fois que je suis réveillée, impossible de me rendormir. C'est juste horrible. 

156 : C'est  nombre d' Efferalgan que j'ai du ingurgiter pour contrer un des effets secondaires du manque de sommeil c'est à dire le mal de crâne.

15 : C'est le nombre de tube d'anti-cernes dont j'ai du me tartiner le visage avant d'aller travailler pour ne pas effrayer mes clients ou mes collègues.

Comme vous pouvez le constater, la grasse matinée est devenue une chose rare chez moi...Je me rattraperai à leur adolescence...ou pas! 

En attendant bonne rentrée à tous! 

Keep cool!

Retrouvez mon nouveau blog QueenMama.fr

lundi 25 août 2014

mercredi 30 juillet 2014

vendredi 25 juillet 2014

Comment je suis devenue médiatrice malgré moi.


Comment ça j'exagère? Oui, j'exerce ce dur métier tous les jours et ce du matin jusqu'au soir.

Depuis quand dites vous?  A partir du moment où  Numéro Deux a commencé à se mouvoir (en rampant de toutes ses forces)   pour atteindre   son grand frère dans le but de lui chaparder un jouet.
 
Comment ça je n'ai pas les compétences requises?

Si je les ai! Pour être médiateur d'après les fameuses fiches d'orientation métiers de l'Onisep il faut:

- Savoir écouter : C'est un don chez moi! Les parties aiment se savoir compris. Donc toujours répondre par des "Hmmm!" "Ah?" "Oui oui!" "C'est vrai ça?"

- Rester toujours neutre : Ou du moins tenter! On ne peut pas punir ou gronder toujours le même. Le pauvre risquerait de crier à l'injustice même si c'est justifié! Alors on tempère et on tente de calmer le jeu sans trop prendre partie. Pas facile hein?

Ne pas se laisser porter par ses sentiments : Vous savez le sentiment de ras le bol que vous éprouvez généralement vers la fin de la journée quand pour la quinzième fois deux ou plusieurs garnements viennent s'accrocher à vos jambes en hurlant tels des sirènes de voiture en train de se faire voler!  Surtout restez zen. Respirez un grand coup et répondez leur sur un ton calme. 

- Savoir rétablir le dialogue entre les deux parties afin de résoudre le conflit! Ne rêvez pas. Il est rare que les  protagonistes se fassent un gros poutou à la fin et repartent bras dessus bras dessous en chantant la mélodie du bonheur.  Par contre si  chacun repart dans son coin sans crise, sans pleurs et sans bagarre c'est déjà une énorme victoire!

Je pense sérieusement que l'on devrait décerner le diplôme de médiateur  d'office à tous les parents  ayant au moins deux enfants à charge! 
Vous pensez que si je passe une V.A.E. (validation des acquis par l’expérience) je pourrai faire reconnaître mes compétences?

Je vais sérieusement y réfléchir mes chers lecteurs...

En attendant, je vous laisse car je dois aller ingurgiter un cachet de Dafalgan 1000! Voir deux...

Ps : La migraine reste le principal risque du métier.

vendredi 18 juillet 2014

Top 5 des aliments bons pour le moral mais pas pour les cuisses.




Avant de commencer mon article je tiens à vous faire un petit rappel  qui me semble plus que nécessaire pour votre bien être physique et votre santé  :
Pour être en forme, dépense toi bien. Ne mange pas trop gras, trop sucré, trop salé.  Mange au moins 5 fruits et légumes par jour. Évite de grignoter entre les repas et bla bla bla…

Maintenant que vous êtes prévenus des risques de la malbouffe, passons aux chose sérieuses !
Il nous est  à tous (ou presque) arrivé d’avoir envie de nous empiffrer avec des aliments super gras,  très sucrés,  méga saturés en huile de palme. Les raisons de cette "morfalerie" sont diverses : un coup de blues, coup de stress, juste envie de se faire plaisir...

Dans ces moments là, plus rien ne compte ! Les calories ? On s’en fout ! Ce ne sont que des chiffres !  Les hanches qui risquent de faire craquer le jean ? Tant pis ! On prendra la taille au dessus ! La balance qui risque de crier au scandale ?  Tant pis pour elle! De toute façon elle n'a jamais été notre meilleur amie.
Quand on craque, on craque ! 

Pour ma part, j’ai plutôt un penchant pour le sucré. C’est pour cela que je vais vous partager mon top 5 des aliments sucrés labellisés
 «  c’est bon pour le moral » ! 

1 . Le Nutella ! Il parait que c’est l’un des aliments le plus gras et le plus dangereux pour la santé mais il agit comme un antidépresseur direct sur notre cerveau…A se demander pourquoi ils gardent la recette secrète ! 

2.  Le fondant, le beignet, l’éclair, le gâteau, AU CHOCOLAT. Ou le chocolat tout court.  Il y a pas à dire ! Cet aliment est vraiment bourré de magnésium bon pour  la bonne humeur ! Pourquoi s'en priver?

3 Les sucreries : bonbons, sucettes, barbes à papa…  Une horreur pour les dents ! Du travail assuré pour les dentistes ! Ne jamais me mettre un paquet de Michoko ou de fraises tagadas Haribo à portée de main.Je fais un carnage!

4. Le paquet de biscuit qui traine dans le placard de la cuisine ! ( Pépito, Granola, Speculoos, cookies, Petits écoliers, Petits beurres… Tout  y passe ! Au début on ouvre le paquet en se disant qu’on va en prendre un ou deux !  20 minutes plus tard, on  se retrouve à jeter le paquet vide à la poubelle ! Aucune volonté ! 

5. Une énoooorme glace ! Qui peut  résister  à l’appel d’un Magnum XXXL ou d’un pot d’Häagen dazs au caramel et noix de macadamia ?  Pas moi en tout cas ! Je laisse rarement le temps à la glace de fondre! Miam!

J’espère ne pas vous avoir trop ouvert l’appétit ! Auquel cas, vous pouvez calmer votre faim en vous reportant au  paragraphe écrit en italique au début de l'article !

Et vous, quel est votre aliment "remonte moral" préféré ? Plutôt sucré ou salé ?

Ps : Un dernier rappel;  Se laver les dents entre chaque repas ou mâcher un chewing-gum  aide à prévenir les caries !

dimanche 6 juillet 2014

L'enfant le plus parfait du monde.


Imaginez un enfant sans défaut! Taille et poids pile poile dans la courbe du carnet de santé , super poli ( ses premiers mots seraient "S'il vous plaît maman") , toujours  obéissant, qui ne ferait jamais de bêtises, ne sentirait jamais mauvais, qui jouerait tranquillement sans faire de bruit, ne salirait jamais ses vêtements, pourrait rester assis sur une chaise tranquillement sans bouger, ne tomberait jamais malade, n'attraperait jamais de poux,  mangerait ses 5 fruits et légumes par jour sans faire de crises...Non?...Vous n'arrivez pas à conceptualiser cette idée? Comme je vous comprend! 

Pauvre enfant! Il passerait complètement à côté de son enfance!
Et d'abord,  pourquoi voudrait-on d'un enfant parfait alors que nous parents nous ne le sommes pas? Même moi je ne suis pas parfaite contrairement à ce que vous pensez! Si si!  

Dans un monde sur fond de crise où la compétition fait rage, où les comparaisons sont omniprésentes dès la crèche, on finit par avoir  une certaine pression à en faire de petits êtres sans défauts et au top dans tout les domaines. 
Comment ça j'exagère? Il n'y a qu'à se poser dans un aire de jeux et d'écouter les discussions de certains parents. Ça donne à peu près ça : 
-  Le mien a marché à 7 mois et le tien ne marche toujours pas?!!!! Étrange...
-  La mienne sait dire "anticonstitutionnellement" à 1 an et demi!  Le tien ne sais dire que "areuh?" tu as pensé à consulter un orthophoniste?
- Le mien arrive a réciter les fables de Lafontaine à l'envers et en sautant sur un pied!C'est dingue non?

Non mais stop quoi! Laissons les vivre, laissons les apprendre et progresser tranquillement et surtout à leur rythme ! 

Alors oui, les bêtises c'est énervant et je suis la première à m'en plaindre , mais il faut apprendre à rester zen. Les cris et les hurlements donnent mal au crâne mais l'efferalgan 1000 ça agit vite sur les douleurs. Les  rivières de morve qui s'écoulent de leur petit nez  c'est beurk mais il  suffit juste prévoir le stock de kleenex dans le sac à main. Les nuits blanches c'est épuisant,  mais le café et les anti-cernes ont prouvé leur efficacité.

Un enfant c'est avant tout un petit être (parfois crado sur les bords) qui découvre le monde, qui vit, qui a besoin d'un minimum de liberté pour vivre ses expériences, bonnes ou mauvaise, mais c'est comme ça qu'il se construit! Et nous parents sommes justement là pour parfaire au mieux son éducation et le conduire sur la route de l'autonomie dans le respect d'autrui pour le préparer à une vie d'adulte qui ne sera pas toujours rose!

D'une certaine façon l'enfant le plus parfait du monde existe. Oui pour chaque parent, son enfant est parfait comme il est! Tant mieux!

Retrouvez mon nouveau blog QueenMama.fr

mercredi 2 juillet 2014

Ce jour où votre machine à laver rend l'âme.


Quels mots seraient les plus adéquats pour vous décrire ma situation actuelle?... Ah oui j'ai trouvé : " Au secours! "  
Une maison sans machine à laver c'est comme une chaise sans pieds, un gâteau d'anniversaire sans bougies, une télé sans télécommande, un dessin animé Disney sans chansons, un œuf Kinder sans surprise...Enfin bref, j'arrête là ma liste de comparaisons car elle pourrait être infinie! 
Inutile de vous rappeler qu'à notre époque c'est un appareil indispensable! 

Surtout quand on a absolument pas le temps d'aller à la laverie du coin ni de passer 3 heures à frotter des caleçons  au dessus d'une bassine d'eau chaude jusqu’à s'en irriter les doigts. (N'empêche que ça me musclerait bien les bras cette corvée...)

Vu a quel vitesse le panier à linge sale se remplit chez moi ce n'est juste pas possible! je vous laisse imaginer l'état des vêtements des loulous après une journée (à se rouler) à l'école ou à la crèche.

Mais comment faisaient nos grand-mères ? Hiver comme été elles devaient se rendre au lavoir ou à la rivière  pour frotter frotter frotter!  Merci aux ingénieurs qui un jour ont eu pitié de ces pauvres femmes et se sont penchés sur la question!  

Si vous avez suivi le fil de mon article et si vous en avez lu le titre, vous aurez deviné (je l’espère) que la mienne a rendu l'âme!  
Cette machine faisait partie intégrante de notre vie de famille et quand elle nous a lâché,  j'ai ressenti d'abord un choc, puis un fort sentiment d'abandon et de désespoir ! Et en voyant tout ce linge sale s'accumuler au fil des jours,  j'ai réalisé à quel point elle me manquerait... RIP petite machine! Jamais je ne t'oublierai...
Sur ce je vous laisse car j'ai une course urgente à faire à Darty! 

Et vous de quel objet vous ne pourriez plus vous passer?

Retrouvez mon nouveau blog QueenMama.fr


mardi 24 juin 2014

10 bonnes raisons de détester les cabines d'essayage !




Les soldes d’été sont là! Qui dit soldes, dit shopping, qui dit shopping dit essayage.  Ce qui m’emmène  aujourd’hui à vous parler d’un endroit que nous fréquentons tous au moins une fois  dans nos vies. Les cabines d’essayage !


Ce lieu très fréquenté en particulier le samedi après-midi est quasiment incontournable si vous ne souhaitez pas avoir à revenir au magasin deux jours plus tard pour vous faire rembourser,  faire un échange ou pire recevoir  un avoir sous forme de ticket de caisse que vous risquez à coup sûr de perdre au fond de votre sac en fouillis.


On a toutes et tous connu une situation plus ou moins galère dans ce lieu si familier. Cette simple cabine peut parfois se transformer en un lieu hostile et contraignant. C’est un endroit où se mêlent tour à tour les sentiments de joie, de rage, de désespoir, de soulagement,  de colère, de satisfaction… 


Alors juste pour vous, et parce que je vous aime bien voici mon top 10 des situations galères vécues dans les cabines d’essayage. 


1    1  La grosse déception :  
    Je m’explique. Depuis plusieurs jours  on avait repéré ce joli petit top présenté dans la vitrine et qui allait si bien à ce mannequin (en plastique taille 32). On s’imaginait carrément dedans ! On l’essaie enfin et  le verdict tombe. La voix de Cristina Cordula  raisonne dans notre tête : "Ma chériiiie mais ça ne te va pas du tout !!"  Zut !  Comment a-t-on pu oublier cette règle de base ? Pas d’épaulettes pour les morphos en V !


    2  La dure réalité du reflet de notre image :
- - " Miroir oh mon miroir dis moi qui est la plus belle ?" Joker !
  Quoi de pire que le miroir d’une cabine d’essayage éclairée aux spots lumineux ultra  blanc.  Ces lumières ont une forte capacité  à mettre en relief tous nos défauts ! Cellulite sur les cuisses, teint de mort vivant, genoux caillouteux… A côté  les miroirs déformants de fêtes foraines c’est du pipi de chat ! 


     3  Le miroir unique (aussi appelé le miroir de la honte) de la boutique . 
    Certains magasins disposent d’un seul et unique miroir qui se trouve bien évidemment à l’extérieur des cabines ! Dans ce cas on est obligé de faire un défilé improvisé devant le troupeau de clientes qui attendent leur tour pour passer devant cette fameuse glace. . Comme si constater en privé que nos cuisses qui suffoquent dans ce slim trop serré  ressemblent à deux saucissons fraichement emballés, ce n’était pas assez déprimant. Et non!  On nous donne la possibilité d' en faire profiter toute  une assemblée de clientes dont les yeux sont rivés sur nous.


    4  La vendeuse qui cherche absolument à vous faire acheter cette robe qui ne vous va pas du tout en n’hésitant pas à lancer des compliments mensongers :

    Cette robe vous va à raaavir !!! Mais si elle se porte comme ça ! mais non elle n’est si décolletée que ça ,  on ne voit pas même votre nombril. Faites moi confiance !


   5  La séance de lutte : 
    Se contorsionner comme dans un numéro de cirque pour arriver à enfiler cette robe aux fines bretelle croisées dans le dos. Manquer de se briser une côte et un omoplate pour juste constater qu’elle ne nous va pas .  Et au moment de la retirer se rendre compte qu’on est comme prise au piège dedans ! Complètement emmêlée  et prisonnière dans ces satanées fines bretelles. On se débat tel un poisson pris dans un filet de pêche et puis soudain : CRACK ! catastrophe, le filet euh… je veux dire la robe a cédé.


    6 Les odeurs corporelles :   
    Je vais faire l’impasse sur l’odeur de pieds ambiant…Hum ! Le pire est quand on s’apprête à enfiler un super beau chemisier en satin et qu’on s’aperçoit que ce dernier dégage une atroce odeur de transpiration. Beurk ! Oui toutes les clientes qui vont faire les boutiques  ne prennent pas forcément une douche régulièrement. D’autres  ne connaissent pas les déodorants. Un conseil : toujours laver les vêtements fraichement achetés avant de les porter.


   7 L’attente interminable : 
    C'est quand l’accès aux cabines peut se comparer à la queue  que vous faites à Disneyland pour faire une attraction qui ne dure qu’une minute trente.  Il ne manque plus que la pancarte   avec écrit dessus «  temps estimé d’attente : 80 minutes »… Grrrr !


   8 L’intimité limitée des  cabines : 
    Malheureusement elles ne disposent pas toutes de rideaux allant d’un bout à l’autre ! (les mesures n’avaient pas été prises correctement ?) Alors il arrive quelques fois  qu’il y ait une ouverture de quelques centimètres  de chaque côté du rideau. Génial !  N’étant pas une exhibitionniste de nature, on est obligé de retirer à la hâte notre bas pour enfiler en un temps record ce short ! Ouf personne n'a rien vu ?  Pas sûr ! A moins que vous ayez la malchance d’être la  victime d’un enfant coquin (généralement pas le vôtre) qui trouve amusant de tirer d’un coup sec les rideaux  en rigolant à gorge déployée. Le pauvre enfant, il faut bien qu’il s’occupe en attendant sa maman.


     9  L’erreur du débutant : 
    Ne pas prévoir la tenue adéquate pour les multiples essayages de la journée et devoir retirer 10 fois un jean slim super collé voire greffé  à vos jambes, vos bottes, votre pull col roulé et la chemise à double boutonnage qui est en dessous.  Alors que la tenue idéale pour faire du shopping  reste selon moi la ballerine, le legging et le simple top long ! facile à enlever. Facile à renfiler !


    10  Le côté exigu des cabines . 
    Quand elles ne disposent que d’un seul porte manteau alors que vous devez y accrocher certes votre manteau, mais aussi vos  vêtements à vous et ceux que vous devez essayer ! Tout finit en général par se casser la figure par terre et pour peu que le le sol n’ai pas été nettoyé, je vous laisse imaginer l’état des vêtements.


Alors, toujours motivés à faire les boutiques ? Il existe heureusement une alternative à ce calvaire : L’achat sur les sites de vente en ligne ! j'en parlais déjà là!

A présent, vous ne verrez plus jamais les cabines d’essayage de la même manière !  


Bon shopping quand même !

samedi 14 juin 2014

Pour les papas qui déchirent



Vous avez répondu  positivement à au moins trois de ces affirmations ?

Bravo. Vous faites partie du club très select des supers papas ! 

Mais dans le fond, qu'importe que vous cochiez ou non les cases de ce test bidon (qui est soit dit en passant est assez incomplet je l'avoue. Les tâches et le rôle des papas ne se réduisent rarement qu'à cela de nos jours)!  
Le plus important c'est que l'amour paternel soit là!

Alors aujourd'hui je souhaite une bonne fête à tous les papas!

Retrouvez mon nouveau blog QueenMama.fr



mardi 10 juin 2014

Et si j'avais eu des filles?


On ne choisit pas le sexe de ses enfants! Il y a bien des techniques plus ou moins farfelues qui aideraient à avoir une fille ou un garçon comme par exemple manger des chips, du camembert et du saucisson pour avoir un garçon. Ou alors se goinfrer de yaourts,  de fraises et de bonbons pour avoir une fille? A moins que ce ne soit l'inverse? Bref! Vous pouvez toujours tenter! En tout cas moi je n'ai jamais essayé!
Certaines personnes n'auront que des filles, même au bout du dixième enfant (les courageux!) D'autres auront huit garçons et essayeront en vain d'avoir une fille. Et oui, il y en a qui sont motivés!
Et les plus chanceux auront le choix du roi comme on dit! (D'ailleurs je n'ai jamais compris le sens de cette expression).  Une fille et un garçon, ou deux filles, trois garçons, ou six  filles, cinq garçons... Enfin bref,  un peu de chaque en fait.

Pour ma part,  j'ai deux petits bonhommes que j'aime plus que tout. et ils font de moi la plus heureuse des mamans !

 Je profite d'ailleurs de cet article pour répondre aux questions agaçantes récurrentes  de mon entourage sur le sujet : 

- Et que non, Je ne vais pas en faire un troisième pour avoir LA fille.
- Et que oui il y aurait 50% de chances que ce fameux troisième soit encore un petit gars.
- Et que oui, on peut avoir des garçons et s'éclater à faire les magasins pour eux.  C'est fini l'époque ou au rayon garçon il n'y avait que des salopettes et des chemises bleues.
- Et que non, pour moi ce n'est absolument pas un drame de ne pas avoir eu de filles.

Voilà c'est dit. Reprenons.
 Je ne peux toutefois m’empêcher de me  demander quelquefois ce qu'aurait été ma vie si j'avais eu des filles.   Cette question me vient en tête principalement quand ils se mettent à se bagarrer sauvagement.

Qu'est ce qui aurait été différent ? Ma manière de les éduquer ? Aurions nous fait du shopping ensemble et dans la bonne humeur? Sachant que j'ai un Petit loup totalement allergique à tout ce qui ressemble de près ou de loin à une boutique ! Est- ce que j'aurai galéré à coiffer leur tignasse ? A leur faire faire pipi n'importe où quand elles auraient une envie pressante ? (Mine de rien c'est bien pratique avec des petits boys !) Est-ce que leurs chambres auraient été mieux rangées? Auraient-elles été moins bruyantes?
Il y a tellement de clichés sur les filles et les garçons ! Les citer me prendrait des pages et des pages. Fort heureusement ils ne sont pas toujours fondés.  Moi petite, j'étais plus accro aux billes qu'aux poupées Barbies. Et mon Mini loup est fan des dinettes!

Alors oui quelques fois je me pose la question de ce qu'aurait été ma vie avec des filles, mais très vite cette idée s'évapore de mon esprit car si on me donnait la possibilité de tout recommencer en ayant  cette fois le choix, je choisirai de ne rien changer. 

Filles / Garçons, peu m'importe. L'essentiel c'est le bonheur qu'ils nous apportent et qu'on va leur apporter. Le plus dur est bien sûr d'arriver à les éduquer et à les élever correctement pour en faire des futures femmes et des futurs hommes (à peu près) respectables.

Retrouvez mon nouveau blog QueenMama.fr




mercredi 21 mai 2014

La fête des mères de mes rêves.




 Youpi ! Dimanche c'est la fête des mères ! Et ça tombe bien, j'en suis une ! Mais il y a aussi les nôtres, les nouvelles , les futures, les multi, les solos, les belles-mamans, les mères adoptives…Nous méritons toutes cette journée où nous sommes censées être  chouchoutées ! Que du bonheur !

L'autre jour, alors que je croulais une fois de plus sous ma tonne de tâches ménagères (super fun ma vie n'est-ce pas?), je me suis mise à m'imaginer quelle serait pour moi la fête des mères idéale*. 
 *Attention, la scène qui va suivre est une fiction, n’essayez par de la reproduire chez vous.

Par ce beau dernier dimanche de mai  je me ferais réveiller par la douce mélodie du chant des oiseaux qui se seraient posés sur le bord de ma fenêtre. Puis mes trois hommes  m’apporteraient  le petit déjeuner au lit sur un plateau avec un vase avec une fleur dedans. Au menu, une tartine de confiture de fraise et une tartine de Nutella accompagnées d'un bon café au lait. Un jus d'orange fraichement pressé, et soyons fous, une corbeille de fruits exotiques. Ensuite, j’irai dans la salle de bain me faire toute belle   ( masque de beauté, manucure, bain ultra moussant avec des bulles partout, partout ) et j’enfilerais ma plus belle robe. Nous passerions une journée merveilleuse en famille et les enfants ne se bagarreraient pas une seule fois.. Et pour finir nous irions tous diner le soir dans un vrai restaurant  (  vrai = ni Flunch, ni Pizza Paï ,ni Mc do, ) et les enfant seraient sages et finiraient même  leur assiettes et après…

- Mamannnn ! Il m’a tappééééééeuuuuhhh ! 


Et c’est à ce moment que je sortis brutalement de mes pensées rattrapée par la  réalité. 
Mais finalement cette réalité est largement suffisante à mes yeux, voire même au-delà de mes espérances.

Leurs petites bouilles, leurs sourires, leurs bisous et les cadeaux qu’ils auront pris le temps de me fabriquer, c'est ça le vrai bonheur! 

Et qui sait  avec un peu de chance, j’aurai peut être aussi  un petit présent de King Papa à qui j’aurai pris le soin de  suggérer de manière subtile et subliminale  par des phrases parsemées par ci par là  durant les 3 semaines précédant le jour J du genre : "Tiens, j’arrive à la fin de mon parfum...Déjà ! Va falloir que j’aille m’en acheter un autre". ou bien : " Comme les roses du jardin sentent bon, j’aimerai sentir comme elles ! "  ou encore :  "Tu avais remarqué qu’un Sefora venait d'ouvrir à deux pas de ton boulot ! "

Gniak! gniak! gniak ! (rire machiavélique) Je vous avoue que ça ne marche pas à tous les coups car le message n’est pas toujours bien décodé !
Bref, dimanche surtout n’oublions pas nos chères mères. Un bouquet de fleur,  un coup de fil , une petite attention ça fait plaisir et vous les mamans profitez de votre journée et savourez votre chance de vivre ce bonheur.  
Patience les papas, votre fête arrive aussi…